Violences sexuelles au cinema : “il va falloir rompre une telle chaine de complicite ainsi que transmission”

Violences sexuelles au cinema : “il va falloir rompre une telle chaine de complicite ainsi que transmission”

Les mesures mises en oeuvre pour mettre fin aux violences sexistes et sexuelles dans l’audiovisuel.

Conditionner les subventions au suivi de formations contre les violences sexistes et sexuelles : c’est l’un des axes d’une revolution a l’?uvre dans l’audiovisuel. Enquete.

Il existe 1 an, Adele Haenel brise le silence et declare, au micro de Mediapart, avoir subi attouchements et harcelement de l’ensemble de ses 12 ans a ses 15 ans une part de Christophe Ruggia, qui l’avait dirigee au sein des Diables. Au sillon de cette affaire et du mouvement #MeToo, Franck Riester, alors ministre en Culture, s’engage en novembre 2019 a prendre des mesures pour lutter contre des violences au sein des entreprises culturelles.

Aujourd’hui, la revolution reste en marche : le mois soir, des formations inedites, baptisees Prevenir et agir contre des violences sexistes et sexuelles, ont ete lancees par le Centre national du cinema et de l’image animee (CNC). Gratuites, elles sont aussi obligatoires pour les entreprises du cinema, de l’audiovisuel et du jeu video qui voudraient desormais pretendre a toutes les aides du CNC. En resume : sans formation, aucun subvention.

Prevenir

D’ici a trois ans, 9000 specialises, patrons de agences de production, sont ainsi formes et devront sensibiliser leurs equipes, principalement leurs directeurs de production les representant i  propos des tournages. «C’est avant bien d’une pedagogie : on tente de convaincre qu’on devra se diriger vers un monde meilleur dans les relations femmes-hommes. Mais c’est aussi le jeu du baton ainsi que la carotte : on rappelle a toutes les employeurs les risques qu’ils encourent en cas de plainte, explique Marilyn Baldeck, deleguee generale de l’Association europeenne contre les violences faites a toutes les jeunes femmes au projet (AVFT), en charge des formations. Je crois via ailleurs en la prevention, car je suis convaincue que bon nombre de harceleurs ou des misogynes ne sont aucun grands courageux. Ils paraissent sensibles aux sanctions et, s’ils considerent le risque trop grand, ils ne le prennent jamais.»

En video, quels seront les vrais chiffres des violences faites a toutes les jeunes femmes ?

Deconstruire

Au programme de l’enseignement ? Notre rappel aux employeurs de leur responsabilite juridique en cas d’agression d’un membre de l’equipe sur un salarie (toute la chaine reste concernee, de l’acteur au technicien en passant par la cantiniere), la redefinition de ce que seront les violences sexistes et sexuelles, ainsi, Notre deconstruction, avec demonstration circonstanciee, des deux adages : «C’est Notre parole de l’un contre la parole de l’autre» et «Qui ne devoile commentaire consent.»

Ces premieres formations produisent deja leurs effets : s’il identifiait clairement l’impact et la gravite des violences physiques sur les victimes, Guillaume de la Boulaye, producteur et dirigeant de Zorba Production, a retourne conscience d’autres realites a l’issue d’une formation. «Je ne me rendais pas compte que nos violences qualifiees “d’ambiance” pouvaient generer des depressions et des traumatismes graves. Les chefs de poste, nos techniciens sont des fois un peu rudes, a l’ancienne, et font des blagues limites, reprises par des jeunes. Il convient rompre votre chaine de complicite et de transmission.» Le possible d’apri?s lui : rendre un volet techniques obligatoire concernant l’ensemble des acteurs du secteur. Ou formaliser les comportements reprehensibles sur les feuilles de service, les actes notaries, la bible du projet ou les briefings de debut de tournage, tel le preconise la formation. Les pistes paraissent nombreuses, le chantier, important.

Liberer la parole

Si les violences ont file partout, des facteurs de risques et des leviers de soumission bien precis ont ete identifies dans l’audiovisuel. Dans ce metier de reseau, ou le bouche-a-oreille prevaut, parler est d’autant plus difficile que J’ai victime craindra de ne jamais etre rappelee. Notre proximite physique concernant votre plateau etroit et bonde, la delocalisation des tournages avec hebergement en mode «colo ou coloc», l’injonction a passer un moment en equipe Afin de decompresser brouillent des frontieres entre espaces prive et professionnel. «Avec l’alcool et la fatigue, certains lachent desfois un peu l’animal. Les fetes de fin de tournage ont la possibilite de ressembler a un debarquement de marins dans un port», temoigne https://datingmentor.org/fr/chemistry-review/ une chef operatrice dans une video diffusee lors une formation.

Si l’agresseur a la responsabilite juridique et financiere, il reflechira a 2 fois avant d’agir

L’omerta vient aussi de cela reunit les equipes : la passion, votre reve qui primera souvent sur le droit et le bien-etre personnel : «C’est tel au sein d’ un paquebot qui est lance. C’est porteur, mais c’est aussi difficile de dire stop», confesse une assistante de mise en scene. Les enjeux d’argent sont comme nos victimes, en parlant, ont l’impression de boycotter le film, de nuire a leurs collegues. Car un autre probleme se pose : celui des assurances, qui n’indemnisent jamais l’arret de tournage pour cause de harcelement ou de violences. «C’est le nerf en guerre. Ca couterait des millions ou des centaines de milliers d’euros de virer l’agresseur. Ca force au silence, expliquait recemment l’actrice-realisatrice Sara Forestier. Si l’agresseur porte la responsabilite juridique et financiere, il reflechira a 2 fois avant d’agir.»

Des discussions seront justement en lei§ons, mais, sans accord, le dilemme reste cornelien pour nos producteurs : en perdant la soiree, ils risquent des fois de perdre un boite. Resultat : ce sont bien les victimes qui trinquent. Soit elles se taisent, soit elles prennent le va parfois ne plus bosser. «Dans la situation d’un realisateur abusif, on voit via ailleurs une telle initiative qu’un genie ne va jamais etre le genie du mal», ajoute Marilyn Baldeck, faisant reference a l’emprise, nouvelle levier de soumission contre lequel lutte le Centre national du cinema. Une plateforme d’ecoute avec des psychologues a ainsi ete mise en place avec le groupe de protection sociale Audiens pour nos victimes du milieu du spectacle.

Karine Viard, actrice francaise a l’affiche de Jalouse. (Angouleme, aout 2017)

YOHAN BONNET / AFP Les celebrites s’engagent contre des violences faites a toutes les femmes

Notre judokah Teddy Riner. (Marrakech, novembre 2017.)

JACK GUEZ / AFP Les celebrites s’engagent contre nos violences faites a toutes les dames

Alessandra Sublet, animatrice tele et radio. (Monaco, en juin 2016.)

Photo Getty Images Les celebrites s’engagent contre les violences faites aux dames

Le journaliste et presentateur David Pujadas. (Paris, mars 2017.)

دیدگاهتان را بنویسید

نشانی ایمیل شما منتشر نخواهد شد. بخش‌های موردنیاز علامت‌گذاری شده‌اند *